Dernière partie de notre aventure africaine

Après notre départ de Coffey Bay, nous avons eu besoin de nous reposer quelques jours de toute cette route. Nous avons déniché un super camping dans le «Miami» de l’Afrique du Sud, c'est-à-dire la région de Durban. Salt Rock nous a permis de recharger les batteries et aussi de discuter avec les locaux, car honnêtement, le contact humain nous manque. Les proprios du camping ont cru bon de nous informer que les tensions raciales dans le pays sont à leur max et de faire très très attention partout ou nous allons. La preuve, le proprio s’est fait tirer dans la jambe en plein travail pour se faire voler sa voiture. Dans la même journée, un campeur nous racontait avoir été victime d’une agression à l’arme blanche.  Les blancs sont paranos et ont des maisons barricadées avec barbelés électriques, et les noirs nous dévisagent car nous passons pour des Sud-Africains blancs. Ouff, ça ne nous donne pas trop envie de continuer. On profite quand même de l’endroit pour aller visiter le centre d'attractions le plus connu de Durban, son parc aquatique jumelé à un aquarium et des spectacles de dauphins. Cette journée nous aura fait oublier que nous sommes en plein coeur d’un pays qui vit sur une bombe à retardement.

Nous quittons donc notre station balnéaire pour St-Lucia au petit matin afin de faire connaissance avec ces hippos qui semblent être rois et maîtres dans cette petite ville. On décide de se payer l’excursion sur le bateau qui nous amène dans l’estuaire et nous avons la chance de voir tout plein d'hippopotames et aussi des crocodiles! Le soir, en discutant avec un Sud-Africain, celui-ci nous conseille vivement de passer par le Swaziland afin de visiter les usines de fabrication de verre et de chandelles. Comme on avait prévu y passer seulement 2 jours (et que nous en avons assez de vivre le stress des tensions politiques), on réajuste notre tir et décidons de partir dès le lendemain matin pour 4 jours dans ce pays de l’insolite! 

On traverse la frontière sans difficulté et on remarque tout de suite un changement dans l’attitude des gens. Wow, un accueil chaleureux et tout plein de gens souriants sur le bord des routes. Ça nous remonte un moral dans le temps de le dire! On loge dans un parc national qui abrite pas mal d’animaux, mais aucun prédateur, ce qui nous donne la chance de s’y promener librement à pied. Des sangliers et des nyalas (sorte d’antilope) nous accueillent en stationnant notre roulotte! Ils nous empêchent d’ailleurs de pouvoir souper dehors car ils monopolisent notre table! Les randonnées sont vraiment agréables car on marche dans un décor typiquement africain, avec des zèbres qui nous entourent! Une seule chose, on doit être aux aguets car il y a beaucoup de crocodiles sur le bord des lacs. 

Comme promis, on emmène les filles visiter les 2 usines, et c’est carrément un must. Dire qu’on aurait passé tout droit si on n'avait pas croisé ce type. La première, celle de fabrication de verre, nous impressionne par le travail à la chaine des employés qui travaillent sous une chaleur cuisante. Les souffleurs de verre hypnotisent nos filles, c’est vraiment impressionnant!

Et que dire de notre deuxième destination!  Les fabricants de chandelles offrent à nos filles de leur en faire une personnelle! Il y en a même un qui parle français.  Ça fait tellement longtemps qu’on n'avait pas entendu quelqu’un parler français qu’on se regarde comme si on avait gagné le gros lot! Quand on dit que le petit bonheur n'est jamais loin!!! On lui donne un bon pourboire pour avoir mis sa production d’éléphant de cire en attente pour nous faire plaisir et on repart pour la prochaine mission: trouver du wi-fi car c’est la fête à Papi. On fait des pieds et des mains pour pouvoir lui envoyer notre petite vidéo, mais pas de chance, ça ira dans quelques jours quand nous sortirons du Swaziland. Partout où nous allions, rien ne fonctionnait. Petit fait cocasse sur le chemin du retour: une pancarte routière indique la direction de l’hôpital…et du cimetière en même temps!! Bon, je ne sais pas si c’est nous qui étions trop fatigués mais pour vrai, on en en ri pour le reste de notre route! 

Au final, ce tout petit pays nous a enchantés par sa simplicité et la gentillesse de sa population. Toujours souriants, ils prennent le temps de discuter avec les touristes et se mettent à la hauteur des enfants pour entrer en contact avec eux. 

 

P1060168.JPG

C’est très tôt le matin que nous quittons le calme du Swaziland pour retraverser du coté de l’Afrique du Sud en direction du célèbre parc national Kruger, plus grand parc animalier de l’Afrique du Sud, troisième plus grand du continent africain. Autant vous dire que les attentes sont grandes, même si nous savons très bien que tout est une question de chance et de timing…  Notre première journée nous met l’eau à la bouche pour les suivantes: des rencontres avec les girafes et des éléphants qui se promènent avec leurs bébés. La beauté des safaris, c’est que tout le monde est émerveillé, toutes catégories d’âges confondues. On peut passer de longues minutes à regarder les singes se chamailler, ou encore les gracieuses girafes manger en troupeau. Le temps s’arrête, et même les enfants comprennent que le silence est de mise…..non, là j’exagère, c’est plutôt la folie car tout le monde se pousse dans la fenêtre pour ne rien manquer!!!   Et puis essayez donc d’arrêter Rosalie de rire quand le bébé singe mange les poux de sa maman!!! On a fait fuir bien des animaux avec nos 4 petites bêtes féroces!!!

L’un de nos beaux moments reste de voir la hyène qui allaite ses bébés juste à côté de nous, sur le bord de la route. Quel spectacle. Regarder la hiérarchie dans un troupeau d’éléphants est digne de mention. Quand un ado s’écarte de la gang, on assiste à une scène unique.  Aurélie a osé dire : regardez c'est maman qui nous chicane!! Avoir la chance d’assister aux techniques de chasse de deux lionnes est une chance extraordinaire. Même si cela aura duré à peine quelques minutes, l’image est gravée dans nos mémoires. 

Un agent de voyage nous a déjà dit: si vous voulez voir des animaux pendant votre tour du monde, allez au parc safari ça va coûter moins cher. Je crois qu’il n’a pas saisi l’émotion que l’on ressent quand on voit ces animaux en liberté, chez eux, en pleine savane. Nous dégustons chacun de ces moments tranquillement car nous savons que c’est une chance et nous avons attendu parfois très longtemps avant de voir un animal. Il est même arrivé que nous avons pris notre repas devant un troupeau d’éléphants, question de joindre l’utile à l’agréable!!  Vive le camping car

Après 3 jours passés dans ce parc et après avoir rencontré 13 lions et des centaines d'autres animaux, nous allons franchir la barrière de sortie et à ce moment un éléphant abandonne son arbre pour venir juste à côté de nous, à moins de 3 mètres. Il lève sa trompe en signe de salut et retourne manger tranquillement.  Aurélie en a encore des frissons! 

Après tant d'émotions il est temps de plier bagages et de ramener le camping car dans la capitale. Un dernier arrêt pour passer la nuit sur un ranch privé où il n'y a rien de moins que 3 lions dont un blanc, très rare. 

Le retour du camping car aura été une source de stress plutôt élevée car nous avons brisé le pare-brise et la transmission est inquiétante. Finalement on ne dit rien, et nous sommes vraiment contents d'avoir pris la maxi assurance. 

Notre bilan

Nous avons été émerveillés par la nature et surtout par la faune de ce magnifique pays. La solution du camping car aura été parfaite pour nous car en safari les journées peuvent être très longues. Par contre, les distances étaient très longues et, ajouté à la Namibie, nous avions hâte de sortir de notre escargot roulant!!

 

 

 

Avec 11200$ dépensés, encore une destination très cher alors la partie Asie fera du bien au portefeuille!!!

Avec 11200$ dépensés, encore une destination très cher alors la partie Asie fera du bien au portefeuille!!!

Une nouvelle aventure qui commence!

Après un passage de frontière qui s'est passé de façon super simple, nous voici rendus en Afrique du Sud. Pour être honnête, quitter les horribles routes de la Namibie est une petite douceur! Nous avons roulé plus de 10 heures afin de rejoindre la région du Cap, tout au sud. Nous sommes passés d'une région aride et montagneuse vers un paysage luxuriant et magnifique. Des cultures de citrons et d'oranges se multiplient sur cette route et ça fait du bien de voir de la couleur. 

La région du Cap offre beaucoup de possibilités pour les voyageurs. Nous avons choisi de nous concentrer sur certaines activités : la visite de Robben Island (l'île prison de Nelson Mandela), Cap de Bonne-Espérance, Hermanus (pour les baleines) et le parc national Tsitsikama pour les randonnées. Si ce n'est que la température diffère largement de la Namibie (il fait sombre et assez froid) nous n'avons pas été déçus de nos choix. Nous n'avons malheureusement pas pu monter en haut de Table Mountain à cause des grands vents, mais nous l'aurons au moins vu de près! 

Robben Island: un moment fort pour la maman car après tant de lectures à propos de cet être si impressionnant, elle peut enfin marcher sur les traces de son idole! Les filles ont été vraiment patientes car la visite à elle seule prend au minimum 2 heures et tout est en anglais évidemment. Le tout est présenté par un ex-prisonnier politique qui a séjourné sur cette île tristement célèbre. La balade en bateau n'est pas reposante (vous auriez dû voir la couleur du monde en sortant du bateau!!) mais la sortie représente à elle seule une page de l'histoire des Sud-Africains... donc, à voir. 

Cap of Good Hope: Juste pour la colonie de manchots qui se balade dans un paysage tout à fait magnifique, ça en vaut le coût!  À Simon's Town, on en a eu plein la vue! Mais nous avions aussi en tête d'aller voir ce fameux (faux) bout de l'Afrique. (Je dis faux car en réalité le bout se trouve à Cap Aghulas que nous avons aussi visité plus tard.) Une journée avec une météo totalement folle, des vents qui faisaient trembler notre caravane et un ciel qui annonçait une tempête terrible... Juste wow car c'était tellement unique. Nous avons déjeuné complètement au bout de la pointe, à en rendre jaloux les touristes qui passaient pour le selfie et retournaient dans leur voiture faute de pouvoir rester plus de deux minutes à l'extérieur. On a apprécié notre escargot roulant!! 

Hermanus: Passage obligé quand on a des enfants... pour voir des baleines!  Il y en a même une qui a sauté devant nous, une beau spectacle. C'est aussi à cet endroit que nous avons eu notre baptême du système de santé africain. Emmy s'est fait mordre par un dassy, genre de marmotte de rochers qui s'approche quand on mange. Il lui a carrément transpercé l'ongle.  Alors hop à la pharmacie pour prendre les infos sur cette bébête. Une infirmière sur place en permanence nous explique qu'il n'y a aucun danger... pas de rage. OUFF 

Tsitsikama: un superbe parc, avec en plus un emplacement de camping tout juste en face de l'océan indien. Les vagues étaient tellement fortes ici que nous avons tous eu de la difficulté à dormir la première nuit. Le bruit est carrément violent quand la vague se fracasse sur le rocher, à en faire des couchenoirs (lire cauchemars) comme dirait Emmy!! 

 

Apres la région du Cap, nous avons gagné le parc national Addo éléphant. Oh la la!  Une énorme quantité d'éléphants s'y promène et c'est tout simplement superbe de les voir en famille.

P1040863.JPG

Apres deux nuits passées dans ce fabuleux parc, nous sommes partis pour visiter Coffee Bay, soi-disant une merveille pour les voyageurs... heu, pas vraiment pour la famille en tout cas. Peut être parce que notre intention était de se reposer pour la première fois depuis notre départ et que nous n'avons pu en profiter, mais nous avons été très déçus par cet endroit. Côté propreté, notre camping était, sans exagération, insalubre. Notre première grosse déception alors on n'en fera pas tout un plat!  En plus, nous aurons au moins eu la chance de voir la VRAIE AFRIQUE. Je m'explique. Sur la route menant à Coffee Bay, nous avons la chance de voir un village du peuple Xnosas, qui n'a pas été ravagé par le tourisme ni la par les batailles entre Blancs et Noirs de l'époque de l'apartheid. C'est donc un réel plaisir de croiser ces gens au sourire honnête qui n'attendent que l'occasion pour aider. Nous les avons vus vaquer à leurs occupations et nous avons suivi les enfants qui marchaient une longue route pour se rendre à l'école. Ce fut un privilège pour nous et les enfants et nous en garderons un précieux souvenir.  

Jusqu'à maintenant, notre passage en terres africaines se passe vraiment bien. Nous avons eu la chance de rencontrer des personnes vraiment déterminées à nous aider quand nous en avions besoin. C'est dans les petites régions plus éloignées des grandes villes que nous avons eu nos coups de coeur, autant pour l'attitude des résidents que pour l'ambiance ressentie.  Nous avons beaucoup plus l'impression de vivre l'Afrique loin des grands centres, car cela ne représente pas du tout la majorité. 

À suivre pour les deux prochaines semaines... 

Après plus d'un mois sur le continent on commence à en perdre les plis!!!

Après plus d'un mois sur le continent on commence à en perdre les plis!!!

Le fameux criminel qui a mordu Emmy... j'ai l'air vraiment à l'aise!!

Le fameux criminel qui a mordu Emmy... j'ai l'air vraiment à l'aise!!

Réplique exacte du premier bateau qui a franchi le Cap de l'Afrique du Sud en 1488. Très impressionnant de savoir que ce petit bateau a pris le large depuis le Portugal pour de nombreux mois. 

Réplique exacte du premier bateau qui a franchi le Cap de l'Afrique du Sud en 1488. Très impressionnant de savoir que ce petit bateau a pris le large depuis le Portugal pour de nombreux mois.