Nos derniers jour à Bali, et la Keliki

La keliki painting school, une vrai famille!

On vous avait dit qu’on gardait cet article comme dessert… ben voilà on y est! Quand nous sommes arrivés ici, nous venions de vivre notre galère des îles gilis… pas la peine de mentionner qu’on était débiné comme on dit! Mais si on va un plus plus loin, il nous manquait quelque chose depuis un moment . Quand on part pour longtemps, la famille et les amis qu’on laisse derrière finissent  par nous manquer. Autant vous dire que nous avons fait le plein d’amour dans cette petite communauté tellement attachante! Le fonctionnement est génial: nous habitions dans les chambres prévues pour les voyageurs appartenant à l’un ou l’autre des membres d’une même famille, dans notre cas Riong et Pitrie. Depuis leur maison, chaque touriste est libre de participer aux excursions proposées par les guides ou encore se débrouiller par soi-même. Lors de notre premier séjour.. on n'a juste rien fait! Rien de rien! Bon, les filles diraient que ce n’est pas vrai car en fait on a fait l’école! Le reste du temps nous le passions avec nos hôtes… Rosie et Emmy les suivant même jusque dans leur cuisine! Les filles se sont très vite attachées à eux. Quand nous avons quitté pour Amed 3 jours, nous n’avions qu’une idée en tête.. revenir.  Il y a toute une communauté de voyageurs qui passe par cet endroit qui au départ est une école de peinture traditionnelle balinaise. C’est d’ailleurs là que les filles ont rencontré enfin d’autres familles et ont pu jouer. Ça leur manquait depuis un bon bout de temps. Nous avons eu la chance de rencontrer des familles en tour du monde comme nous en se promettant d’essayer de se revoir en route, ayant sensiblement tous le même itinéraire. 

Un matin, nous sommes partis avec Riong faire une excursion dans les rizières pour un bon 3 heures de marche. Son garçon était malade et sa petite de 5 mois fraîchement vaccinée (on sait ce que ça veut dire en tant que parents!) et lui-même n’était pas au plus fort de sa forme. Malgré tout, il a fait de cette balade un moment unique pour les filles, tantôt en montant dans un arbre pour aller chercher un fruit exotique, fabriquant une trompette avec une branche ou encore des colliers avec des brins d’herbe. Nous avons vite compris la générosité et le dévouement de cet homme. Comment ne pas vouloir y revenir! 

Lors de notre deuxième séjour dans cette belle famille, nous avons un peu plus exploré les alentours!  Riong nous a organisé le chauffeur pour Munduk afin d’y voir les célèbres rizières en cascades de Bali et une superbe chute. Nous avons aussi participé à un tour vers des temples magnifiques, toujours dans un décor unique et propre à cette île. 

Nous avons eu le privilège de visiter l’école du village, un moment fort pour les filles. C’est toujours impressionnant de voir les différences au niveau scolaire d’un pays à l’autre! Encore toutes nos excuses aux professeurs de Kelili d’avoir troublé le calme de vos élèves!!! C’était tellement mignon de les voir aussi curieux. 

Depuis notre départ de la maison nous avons déjà vécu des moments uniques et hors du commun. Les 3 derniers mois auront été remplis de paysages à couper le souffle, de faune exceptionnelle et de plages sublimes. Mais rien ne peut remplacer ce sentiment d’être comme chez soi, pourtant si loin de la maison. Seule cette famille nous l’aura donné. 

Les derniers mots sont pour toi Yves. Mille mercis au nom de tous les voyageurs comme nous, pour avoir eu un jour cette illumination. Tu es extraordinaire, et nous avons la certitude que ce n’était qu’un aurevoir. Tu as encore tant de choses à nous apprendre!!! 

Keliki, Bali, on se reverra un jour xxxx

Lien vers la keliki painting school

 

Nos tops et nos flops...

TOPS:

Le plus gros succès est sans conteste la Keliki Painting School..

Amed pour le snorkling

Le mont Bromo, quel spectacle

 

FLOPS:

Kawa Ijen.... trop cher payé pour des enfants qui ne peuvent se rendent jusqu'aux flammes bleues...

La mafia des transports, c'est juste épouvantable

Notre croisière de retour des Gilis!!

 

Pour un total de 4100$, l'excursion pour les volcans ayant elle seule coûté 900$, on peut dire que nous pouvons très bien vivre à petit budget en Indonésie. 

Pour un total de 4100$, l'excursion pour les volcans ayant elle seule coûté 900$, on peut dire que nous pouvons très bien vivre à petit budget en Indonésie. 

Amed, l'aquarium à ciel ouvert!

Après notre périple des îles Gilis, nous avons eu le grand bonheur de partager le quotidien d'une superbe famille balinaise! Comme on est tombé en amour, on y reviendra avant de quitter pour la Thaïlande. On réserve donc cet article à propos de la Keliki painting school comme dessert! Mais entre les deux, nous sommes partis pour Amed, un endroit à l'écart des grand axes qui est encore préservé du tourisme de masse.  Le volcan Agung est à 20 kilomètres d'ici et menace d'éclater depuis plus d'un mois,  alors il n'y a presque personne aux alentours. On a donc la plage pour nous seuls, partagée seulement avec les pêcheurs locaux. Nous avons même la chance de participer au rituel de pêche de fin de journée avec une famille qui tient le restaurant juste à côté de notre guesthouse. Les filles sont super emballées de se sentir utiles! L'attraction majeure de cette petite ville est le snorkling. À peine entré dans la mer et on a déjà droit à un superbe spectacle aquatique. Étant donné que l'on veut s'avancer sur l'école avant notre départ pour Bangkok, on alterne entre baignade et mathématique! La menace est facile: pas de travaux=pas de poisson (il fait 35 degrés alors avec la mer à 10 mètres de la chambre elles ne sont pas trop dures à convaincre!)

C'était la première fois q'on en voyait une bleue!

C'était la première fois q'on en voyait une bleue!

Les pêcheurs qui reviennent au petit matin avec les paniers remplis de poissons.

Les pêcheurs qui reviennent au petit matin avec les paniers remplis de poissons.

Tout le monde au boulot!

Tout le monde au boulot!

Le mont Agung, sa dernière colère remonte à 1963 et avait fait plusieurs victimes. Il menace à nouveau d'éclater à tout moment, ce qui donne malheureusement un coup aux habitants qui vivent du tourisme dans cette région. 

Le mont Agung, sa dernière colère remonte à 1963 et avait fait plusieurs victimes. Il menace à nouveau d'éclater à tout moment, ce qui donne malheureusement un coup aux habitants qui vivent du tourisme dans cette région. 

P1070741 2.JPG

Après 3 jours à se régaler de cette faune aquatique, nous avons déjà hâte de retourner à la kéliki painting school! Nous profitons du voyage de retour pour visiter quelques temples hindous et la fameuse grotte de chauve-souris! 

P1070925.JPG
P1070949.JPG

Les îles Gilis... et le prix à y payer!

C'était une destination indiscutable ce petit paradis! On ne va pas en Indo sans visiter au moins une île Gili. Nous sommes donc partis tôt le matin après avoir négocié (on n'a pas fini avec ça!!) un prix raisonnable qui s'avère finalement être le juste prix. La traversée en bateau se fait quand même bien sauf pour notre Lolo qui est très sensible côté mal des transports. Le bateau est plein à craquer et il fait très chaud. Après deux heures, on arrive sur Gili Air, là ou l'eau est turquoise et on n'entend plus le bruit des scooters et le klaxon des voitures! Ça va faire du bien. Maman part à la recherche d'un hébergement pendant que le reste de la famille se repose en prenant un dîner. Premier constat : ce n'est pas donné et on ne négocie pas. Mais on se paie la traite dans un hôtel avec piscine.  Les filles sont vraiment contentes. On réussit même à prendre de l'avance sur les matières scolaires, malgré les revendications des filles! Sur les îles, l'activité à l'honneur c'est la plongée en apnée. Il y a de beaux coraux à observer et une superbe faune aquatique. Quand on a un peu de chance, on peut même croiser une grosse tortue de mer à quelques pas de la plage. Nous avons choisi de partir quelques heures en petit bateau afin d'y faire le snorkeling entre les 3 petites îles, et nous n' avons pas été déçus!  En plus, notre guide était super attentionné aux petites puisque c'était leur première expérience de nage en pleine mer... avec gilet de sauvetage quand même! Le séjour a passé très vite et après déjà 4 nuits au Bel air Resort, il est maintenant l'heure de plier bagages pour aller vivre en mode indonésien à la Keliki painting school.  MAIS, on doit se taper le voyage de retour. HORREUR. D'abord, la traversée est prévue pour 10h30. Arrivée du bateau: 12h00. Entretemps, on a pu voir un bateau se faire remorquer car il était surchargé et n'avancait plus. Rassurant... Pas le choix, on embarque, c'est notre tour. Évidemment on est les derniers et donc pas de place assise. Pardon: ça veut dire qu'on n'a pas de gilet de sauvetage pour tout le monde alors???  Seulement pour 10 minutes qu'on nous dit car on fait un arrêt sur une autre île. OK. On finit par avoir nos sièges. Mais l'enfer commence. Le bateau avance à une vitesse folle malgré la mer agitée. Pat sort dehors, il n'en peut plus. Ça brasse tellement qu'on est 4 de la famille à le rejoindre autour de sa poubelle. On se fait asperger par des vagues de plus de 2 mètres, on ne peut pas ouvrir les yeux tellement ça chauffe (l'eau est salée je vous le rappelle!)  Un Chinois vient nous rejoindre après s'être assommé en tentant de se rendre à l'arrière du bateau. Un bon samaritain me laisse sa chaise pour que je retienne les filles sur moi. On doit le rattraper par les pieds car une vague lui fait perdre l'équilibre. Ouf, il a eu chaud. Je demande à un employé combien de temps il nous reste: au moins une heure. QUOI??? La poubelle ne sera jamais assez grosse!!! Le sentiment de culpabilité des parents à cet instant précis passe dans le rouge solide. Maman n'est même pas capable de nettoyer sa belle Rosie. Je réussis de peine et de misère à lui lancer le sac de lingettes humides, la honte me submerge. Je fais quoi ici avec mes 4 kids sur cette traversée de l'enfer?? On finit par s'endormir épuisé... et odorant pour le reste de la traversée. Arrivé au port, on n'a qu'une chose en tête, rejoindre la belle-famille qui nous attend à Ubud, et se laver. 

Les île Gilis, vous êtes magnifiques, extraordinaires même, mais plus jamais!!!!!

Invitant non??

Invitant non??

Le moment préféré des filles...!!! 

Le moment préféré des filles...!!! 

Livraison de fruits!

Livraison de fruits!

On n'a pas encore réussi une photo de couple sans enfant!!! 

On n'a pas encore réussi une photo de couple sans enfant!!! 

Notre hébergement pour 4 dodos!

Notre hébergement pour 4 dodos!

Bateau surchargé qui doit être secouru..

Bateau surchargé qui doit être secouru..

Une journée inoubliable pour Aurélie!

Une journée inoubliable pour Aurélie!

En vacances à Bali!!!

Pas besoin de vous dire que nous avons bien mérité notre pause vacances. Nous avons choisi de recharger nos batteries à Sanur, petite station balnéaire fréquentée surtout par les familles et les voyageurs en quête de tranquillité. Trop fatigué pour aller à la plage lors de l'arrivée, on s'empresse d'y aller au lever du soleil.  Wow c'est superbe!  L'eau transparente, très peu de monde, la chaleur, bref tout ce dont nous avons besoin! 

Superbe décor!

Superbe décor!

Dans l'après-midi. le moment s'est un peu gâché. Une énorme quantité de déchets flottants est apparue sur la bord de l'eau. Nos filles décident tout de suite de commencer à ramasser, question de faire leur part pour la planète. Au début, tout le monde nous regarde, mais personne ne bouge. Tranquillement, nous sommes rejoints par quelques touristes et au bout d'une heure et demie on a plusieurs gros sac remplis. Les filles se font féliciter pour leur engagement et il y a même deux touristes hollandaises qui leur donnent 150 000 roupies (environ 15$) pour s'acheter une crème glacée.  Une belle générosité!! Cela semble être plutôt fréquent sur les plages de Bali, et plusieurs accusent les bateaux au large de passer leurs déchets par-dessus bord. Vraiment dommage. 

Tout le monde au boulot!

Tout le monde au boulot!

Notre conscience écologique nous a poussé à faire notre petite part pour la plage de Sanur. 

Notre conscience écologique nous a poussé à faire notre petite part pour la plage de Sanur. 

Nous avons adoré nos hôtes Chez KÉKÉ!! 

Nous avons adoré nos hôtes Chez KÉKÉ!! 

Apres 4 nuits passées à faire du sur place, la bougeotte nous reprend! Demain matin, direction les îles Gilis, supposément un paradis!! On vous en reparle dans quelques jours! 

 

Première étape:Yogyakarta

Notre intention en atterrissant sur l'île de Java était de visiter dans un premier temps les célèbres temples Borobodur et Prambanan. Ennuyeux pour des enfants?  Pas du tout, et on aura même dû se référer à Google pour répondre à certaines de leur questions! Les sites sont magnifiques, on comprend pourquoi ils ont été choisis comme lieu de pèlerinage.  On a choisi de visiter les deux dans la même journée pour pouvoir profiter de la piscine de l'hôtel le lendemain. Petite anecdote: à plusieurs reprises, les Indonésiens ont demandé à se faire pendre en photo avec les filles, au grand désespoir de notre Lolo!

P1060976.JPG
P1060960 2.JPG
P1060935 2.JPG

Enchantés par nos visites, nous entamons notre seconde excursion sur Java: l'ascension des mont Bromo et Kawa Ijen.  On doit se rendre en Jeep sur le mont juste en face afin de voir le lever du soleil sur le mont Bromo. L'effort de se lever à 3:00 du matin en vaut la chandelle car c'est tout simplement splendide.  Nous redescendons ensuite pour s'attaquer au Bromo lui-même à pied afin de monter voir l'intérieur du cratère. La sécurité n'y semble pas promordiale, prenez garde. Les filles sont terrifiées par le bruit qui sort de la bouche du volcan. Avec l'épaisse fumée qui s'en dégage en plus, elles demandent de redescendre rapidement, alors on ne pousse pas plus. On se sent effectivement très très vulnérable à cet endroit. Mais quel spectacle, je vous jure. 

P1070088.JPG
P1070202.JPG

Le Kawa Ijen est une toute autre paire de manches!  On quitte la chambre à 1:00 du matin afin de faire l'ascension de nuit. Le but: voir les flammes bleues dégagées par le souffre liquide du cratère.  Le masque s'impose bien sûr!  Pendant la descente, on croise des mineurs qui 2 à 3 fois par jour, font le chemin aller-retour pour y transporter sur leurs épaules le souffre qui se solidifie.  J'ai eu la chance de discuter avec l'un deux et croyez-moi c'est touchant.  Il m'a montré ses épaules et j'ai craqué.  Derrière la beauté du paysage se cachent des hommes qui détruisent leur santé jour après jour afin de faire vivre leur famille, en espérant que leurs fils ne suivront pas leurs traces. Parfois les mots ne suffisent pas pour démontrer la misère, c'en est une. On se demande même ce qu'on fait là, à les gêner pendant leur épouvantable travail. Cela amène une bonne discussion avec nos filles, qui en passant sont dignes de mention. Gravir un sentier assez escarpé pendant plus d'une heure et demie en pleine nuit... elles ont mérité bien des félicitations! 

P1070246.JPG
P1070263.JPG

Après ces derniers jours très intenses, nous avons hâte de rejoindre Bali, nos premières vacances officielles depuis notre départ! À bientôt!!!

À peine arrivés et déjà sous le charme!!!

Après un vol de 17 heures pour se rendre à Jakarta, capitale de l’Indonésie, nous étions sensés prendre immédiatement le train de nuit pour se rendre à Yogyakarta afin de fuir la grosse ville. Erreur: nous sommes complètement épuisés et nous avons à peine la force mentale nécessaire pour trouver un hôtel ou y passer la nuit. Ce sera notre première arnaque en terre indonésienne… il restait seulement la chambre exécutive pour notre famille mais supposément très confortable pour nous tous: wow 102,00$ pour un lit king…. on vous rappelle qu’on est 6!!!  Preuve à l’appui, on a tous dormi plus de 12 heures ensemble dans le sens contraire du lit. Ça vous donne une idée de notre état!  

AF4F3A0F-5692-4CA2-8183-55BA6BDF8D90.jpg

 

Nous sommes d’attaque le lendemain matin pour se trouver un moyen de transport pour se rendre à la station de train Gambir, un autre grand défi. Pas besoin de chercher, ils nous courent après avec le meilleur deal de la journée paraît-il. On négocie finalement une course en taxi (il fait 35 degrés et les bus sont bondés, alors on visait le confort) pour 23$ les 6. Pas le deal du siècle mais on met au point tranquillement notre sens de la négociation car se sera notre défi quotidien pour les prochains 4 mois et demi, soit la portion entière de notre voyage en Asie. On se ferme les yeux à quelques reprises pendant le trajet car la conduite javanaise est complètement chaotique. Dans une même voie on roule parfois dans les 2 sens, et on passe à 1 cheveu de frapper une bonne dizaines de scooters. Les filles rient tellement! Le chauffeur, sachant que l’on parle français, appelle sa cousine qui enseigne le français dans une université de la capitale… Le côté familial et attachant de ces habitants est unique! À la station de train et même au resto, tout plein de locaux demandent à prendre une photo avec les filles, surtout Rosie et Emmy, étant blondes. Ça fait plutôt bizarre!  On est ici depuis 24 heures et on a déjà 3 adresses courriel en poche.  On est loin de l’Afrique du Sud, je vous le jure.